Vous aimez notre site? : FAITES UN DON OU ABONNEZ-VOUS

De Byzance à Istanbul: une exposition phare pour découvrir la capitale de la culture 2010


byzance-istanbul-expositionAlors que se termine bientôt l'année de la Turquie en France, ne manquez pas d'aller visiter la superbe exposition de Byzance à Istanbul au Grand Palais qui a lieu jusqu'au 25 janvier 2010.

Peu de villes ont appartenu à autant de cultures différentes: Grèce Antique,  empire romain byzantin, empire ottoman. C'est peut être pour cette raison qu'aujourd'hui à Istanbul les européens, les asiatiques, les arabes, les chrétiens et les musulmans y vivent en paix.

C'est sans doute aussi pour cette raison qu'aujourd'hui Istanbul est l'une des capitales les plus en vogue dans le monde du tourisme.

A l'origine Byzance appelée Byzantium était une petite ville fortifiée fondée par le roi grec Byzas. Elle s'étendait en lieu et place du palais de Topkapi. Selon la légende Byzas fonda la ville après avoir consulté l'oracle de Delphes.

Peu de temps après être tombée sous domination romaine en 146 avant J.C,  le soutien de la ville à Pescennius Niger va changer son destin. L'empereur romain Septime Sévère l' envahi  et la détruit à la fin du IIème siècle après J.C pour la punir de soutenir son rival.

Puis l'empereur romain Constantin succède à Septime : il va changer le destin de la ville en la proclamant la Nouvelle Rome.

Il décide d'en faire la capitale de son empire lors de la division en deux de l'empire romain entre l'orient et l'occident. Constantin construit la première basilique Sainte Sophie et des remparts autour des septs collines de la ville (comme Rome).

Plus tard, en 1204 les Croisés mettent à sac la ville. Constantinople survit par la suite en n'étant plus que l'ombre d'elle même avec une population qui descend à seulement 100000 habitants puis 50000 habitants.

Le rez-de-chaussée de l'exposition de Byzance à Istanbul retrace la première partie de  l'histoire de la ville en présentant de nombreuses sculptures des périodes grecques et romaines, des bijoux certains très finement ciselés en or…

Newsletter
S'inscrire à la newsletter


SONDAGE
Pour réduire le déficit public de l'Etat faut-il :